L’engagement en faveur du bien-manger, une préoccupation croissante de la grande distribution

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

La thématique du bien-manger est devenue centrale dans nos sociétés, touchées par des phénomènes d’obésité et de surpoids jamais connus auparavant. En cause, la consommation de produits sucrés, les aliments gras et une mauvaise éducation alimentaire. Si la responsabilité incombe au consommateur, des acteurs de la grande distribution se mobilisent pour faire face au problème. Ainsi désormais, des produits comme les lardons fumés & allumettes, les biscuits, les boissons gazeuses ou encore les bonbons se vendent sous des formes respectueuses de la santé, soit qu’ils soient bio, soit qu’ils soient allégés de ce qui les rend potentiellement nocifs sous leur version originale. 

Les lardons, produit très utilisé qui a mauvaise presse

Typiquement, un produit comme les lardons et allumettes se révèle basique dans l’alimentation de nombreux français. Qu’ils soient utilisés en salades, dans une recette de pâtes ou comme complément carné de tout autre plat, la réputation des lardons a pâti de la mauvaise qualité trop longtemps offerte dans la grande distribution, car intégrant une importante partie de matière grasse visible à l’œil. Voilà pourquoi des marques se sont mobilisées pour proposer des lardons sains, proposant des versions bio, allégée ou encore sans antibiotiques afin de garantir au consommateur une qualité supérieure pour cet aliment. 

A lire également : Recette gâteau aux pommes : sans beurre, sucre ni gluten - Facile

Les fruits et légumes, redorer le blason de la grande distribution en la matière

Ces dernières années ont vu la réputation des enseignes de la grande distribution s’étioler en ce qui concerne les fruits et les légumes qu’ils proposent dans leurs rayons. Provenance lointaine, qualité douteuse, apport nutritionnel pauvre, tout cela a créé un climat de méfiance, et poussé les consommateurs qui le peuvent à se tourner vers d’autres modes d’approvisionnement. Depuis, afin de proposer une réponse à cette défiance exprimée par les consommateurs, les supermarchés ont fait le pari de proposer une plus grande variété de fruits et légumes. Produits estampillés « origine France » et bio y figurent désormais en bonne place.

La traçabilité des produits, un enjeu clé pour les consommateurs

La traçabilité des produits est un enjeu clé pour les consommateurs, soucieux de connaître l’origine précise des aliments qu’ils achètent. Les grandes enseignes ont bien compris cette préoccupation et ont mis en place un certain nombre d’actions visant à garantir la transparence de leur chaîne d’approvisionnement. Il n’est pas rare que les supermarchés proposent désormais sur leurs étiquettes une indication précise du lieu et/ou du pays d’origine des fruits et légumes vendus dans leurs rayons. Certaines entreprises proposent maintenant de suivre le trajet complet des produits depuis leur production jusqu’à leur mise en rayon grâce à divers dispositifs technologiques comme par exemple la blockchain ou encore les QR codes imprimés directement sur l’emballage.

A voir aussi : Comment améliorer votre routine matinale ?

Cette démarche permet aux clients de vérifier eux-mêmes la provenance et l’historique alimentaire de ce qu’ils achètent afin d’avoir une meilleure visibilité sur la qualité et la sécurité sanitaire des produits. Cette initiative a ainsi permis de rassurer considérablement les consommateurs quant au contenu exact de leur assiette.

Les initiatives des grandes enseignes pour encourager une alimentation responsable

Les grandes enseignes ont aussi mis en place de nombreuses initiatives pour encourager une alimentation responsable. Certaines d’entre elles proposent ainsi des programmes de récompenses basés sur les achats responsables. Les clients peuvent ainsi collecter des points à chaque achat de produits écoresponsables et/ou bio, qu’ils peuvent ensuite convertir en bons d’achat ou en dons à des associations caritatives.

Parallèlement, certaines grandes chaînes proposent des formations destinées aux agriculteurs locaux afin de les accompagner dans leur transition vers des pratiques plus respectueuses de l’environnement. Cette démarche permet non seulement aux producteurs locaux de mieux comprendre les exigences du marché, mais aussi d’améliorer la qualité et la durabilité de leurs cultures.

Il faut souligner que ces initiatives ne se limitent pas au domaine du bio et/ou du développement durable. De nombreux supermarchés distribuent désormais gratuitement des fruits et légumes invendus à divers organismes solidaires tels que le Secours Populaire ou encore les Restos du Cœur. Ces actions visant à lutter contre le gaspillage alimentaire sont aujourd’hui largement saluées par les consommateurs qui y voient une démarche citoyenne importante dans un contexte où près d’un tiers des aliments produits sont jetés chaque année dans le monde entier.

L’engagement croissant de la grande distribution pour le bien-manger constitue sans nul doute une évolution majeure vers un modèle alimentaire respectueux tant sur le plan environnemental que social. À travers ces divers efforts visant à garantir un approvisionnement plus responsable, les grandes enseignes ont su se positionner en acteurs incontournables du changement pour un avenir alimentaire plus durable.

Partager.