Les astuces pour apprécier un vin pendant les fêtes de fin d’année

En tant qu’épicurien, vous l’attendiez depuis longtemps et voilà que les repas de fin d’année approchent à grands pas. Dernière ligne droite avant Noël notamment, les recettes traditionnelles font leur come-back aux côtés des décorations de Noël sur les étals des magasins. Entre les amuse-bouche, les entrées, les verrines, les viandes – pintade, caille, canard, dinde, chapon et autres gibiers – ou encore les produits de la mer comme les huîtres, le homard, le saumon fumé ou encore la langouste, sans oublier les desserts plus gourmands les uns que les autres, émoustiller les papilles passe également par la consommation d’un bon vin (consommation toutefois modérée, interdite aux mineurs, aux femmes enceintes et allaitantes). Et, pour que le vin révèle ses arômes, mais sublime également vos plats, gros plan sur les accords parfaits, mais aussi sur les astuces pour l’apprécier à sa juste valeur. 

Les accords parfaits « mets » et « vin »

En choisissant vos bouteilles parmi la large sélection de meilleurs vins existante pour vos repas de fin d’année, vous devez avoir à l’esprit que les vins rouges puissants s’accordent le mieux avec des viandes rouge intense comme celle de gibier. Si vous préférez des viandes rouges ou blanches, optez plutôt pour un vin rouge léger. Pour les plats à base de poisson ou pour vos entrées, prenez un vin blanc corsé. Les vins blancs secs ou effervescents seront à servir avec des crustacés et des fruits de mer. Pour finir, réservez les vins sucrés pour vos desserts ou vos plats sucrés. 

A lire également : Moins de sel dans la charcuterie

Ensuite, sachez qu’il existe un ordre pour apprécier les vins. En règle générale, il est d’usage de servir un vin effervescent en début de repas, puis un vin blanc/rosé avant un vin rouge. Puis, les vins rouges se dégustent et s’apprécient les uns à la suite des autres, des plus légers aux plus corsés. En parallèle, si vous aimez le vin blanc sec, servez-le avant un vin sucré ou moelleux. Dernière astuce, le degré d’alcool des différents vins doit monter crescendo : du moins alcoolisé au plus alcoolisé. 

Les astuces pour savourer un vin

Quel que soit le vin, la règle est de le déguster par étapes en utilisant l’ensemble de ses sens. Tout d’abord, le vin se « déguste » avec les yeux. En admirant sa robe, il est alors possible de déterminer son acidité, son degré de filtration. Un aspect brillant est le signe d’une certaine acidité, d’une vivacité en bouche alors qu’un aspect mat, est le signe d’un vin terne. En fonction de la couleur de la robe, il est également possible de connaître son âge. Au fil des ans, en vieillissant, les vins rouges ont une couleur qui passe du violet au brun en passant par le rubis notamment, les vins blancs eux, ont une couleur qui vire du citron au brun en passant par le doré, l’ambré. Les vins rosés vont du rose violacé à l’orange en passant par le saumon. Vient ensuite le nez. N’hésitez pas, plongez votre nez dans le verre et inspirez à plein poumon. L’occasion de découvrir quelle est sa famille d’arômes : fruité, floral, végétal ou épicé. Une fois cette introduction faite, portez le vin en bouche et laissez-le quelques instants. Sans quoi, il vous sera difficile de parfaire sa dégustation. S’il évolue en bouche et que ses arômes perdurent une fois le nectar avalé, vous avez affaire à un grand cru.  

Lire également : Pour un mariage, il y a cinq dragées

Bien entendu, la dégustation ne serait pas optimale sans choisir un verre adapté. Et, même si vous souhaitez que la table resplendisse de beauté, ne les lavez pas avec minutie et évitez l’usage d’un liquide vaisselle à l’odeur artificielle prononcée. Exit également les verres ternis par le calcaire voire sales. L’astuce est de privilégier un verre totalement transparent, lavé à l’eau chaude, détartré au besoin avec du bicarbonate de soude et du citron et surtout, lavé à la main uniquement.  

Comments are closed.