Le Chien fumant

Ils s’appellent Max, Dave, Nick et Cai. Une belle gang de jeunes aux commandes du resto Le Chien fumant. Le genre de resto qui vous donne le goût de déménager dans le même quartier.

On pourrait les qualifier de tripeux. Chaque soir, Max, Dave, Nick et Cai se donnent en spectacle dans leur mini-resto et leur petit coin cuisine de la rue De Lanaudière. Après avoir poussé la lourde porte blindée, vous voici dans leur monde. Accueil amical; je retrouve un copain qui bouquine dans le coin. Mais on ne lâche pas la cuisine des yeux. Elle est le coeur battant du Chien fumant. Assis au bar, les habitués profitent pleinement de la scène. Même attablé dans l’étroite salle, impossible de manquer l’activité fiévreuse autour des fourneaux.
Au menu

C’est un peu le même principe qu’au Kitchen Galerie (le bistro des chefs Jean-Philippe Saint-Denis et Mathieu Cloutier situé au 60, rue Jean-Talon Est). La même idée d’une cuisine de proximité, où c’est le chef qui vient vous servir. La même idée d’une gastronomie riche, rassurante, roborative avec des plats braisés, mijotés, à l’accent un peu british. Ici, cette bistronomie est interprétée avec un sens de l’originalité rafraîchissant. Prenez la mousse de foies de volaille, cuite et servie dans un petit pot de peinture (propre, je vous l’assure), et recouverte de quelques jeunes épinards tout frais. La chair rose est délicieuse, doucement étalée sur du pain de campagne grillé et beurré. Ça se partage aisément. Mon ami Jef déguste une soupe à l’agneau. Riche bouillon et abondance de viande. Un repas en soi. Un point trop salé, cependant.

Un plat que ne renierait pas le prince Charles? Le pot pie, à la croûte croustillante cachant un braisé de veau, pommes de terre, fenouil et légumes divers, tellement champêtre. On irait bien faire du cheval après. La lapin au panier est une drôle de réinvention du poulet frit. Tellement croustillant, tendre et juteux, mais servi avec une sauce mayonnaise genre tartare et moutarde jaune dont on aurait fort bien pu se passer. La morue – les patrons sont tout contents de nous dire qu’ils viennent d’en recevoir de très beaux filets – a été passée au four sur un lit de fenouil et poivrons braisés. C’est tout doux, et pas mal du tout!

Douceurs /

Un bon gros morceau de gâteau au chocolat moelleux avec ça? J’ai trouvé qu’il goûtait les Rice Krispies. Mais les convives autour de moi n’étaient pas d’accord. Les biscuits et fromage de chèvre (noir)? Bof.

Emballant /

Une ambiance unique teeeeellement Plateau. On aime. La devise du resto: « Mieux vaut la tête d’un chien que la queue d’un lion. » Ou, explication de l’équipe: mieux vaut avoir la meilleure partie d’un petit que la pire d’un gros. À méditer.

Décevant /

Les desserts, pas très intéressants. La carte des vins, chère (pas de bouteille à moins de 50 $). Le choix de vins au verre, insuffisant.

Combien? /

Un minimum de 40 $ par personne, et vous êtes en route.

Quand? /

Du mardi au dimanche, de 18 h à 2 h du matin.

Où? /

Le Chien fumant
4710, rue De Lanaudière (angle Gilford)
Réservations hautement recommandées: 514 524-2444
La page Facebook du Chien fumant

Cote: ***

Publié dans Voir, le 4 février 2010

3 Commentaires

  1. […] fait de recyclage industriel, animation et bouffe surprenante. Parfait pour les petits groupes. 11- Le Chien fumant (4710, rue De Lanaudière (angle Gilford). Un superbe resto de quartier avec une belle gang de […]

  2. […] de recyclage industriel, animation et bouffe surprenante. Parfait pour les petits groupes. 11- Le Chien fumant (4710, rue De Lanaudière (angle Gilford). Un superbe resto de quartier avec une belle gang de […]

  3. […] Le Chien fumant (4710, rue De Lanaudière). Un superbe resto de quartier avec une belle gang de jeunes aux commandes. […]

Les commentaires sont clos.